vendredi 31 juillet 2015

Bilan de juillet 2015


Lectures :
- Nuit noire, étoiles mortes, Stephen King
- Le lit d'Aliénor, tome 1, Mireille Calmel
- Jamais deux sans toi, Jojo Moyes
- Mauvaise étoile, R.J. Ellory
- Premier regard, Nicholas Sparks

Achats, trouvailles :
- Jamais deux sans toi, Jojo Moyes

mercredi 29 juillet 2015

Jamais deux sans toi - Jojo MOYES

Présentation :

Jess a la vie dure : elle élève seule ses deux enfants et se tue à la tâche pour arrondir les fins de mois. Comme un malheur n'arrive jamais seul, le don pour les maths de sa fille surdouée risque de rester lettre morte si personne ne la soutient. Quant à son fils, il est victime de harcèlement au collège et ne peut se défendre seul contre ceux qui s'en prennent à lui. Ed cherche à fuir un avenir incertain. Il a du temps à revendre et veut leur venir en aide... Une histoire d'amour aussi captivante que non conventionnelle. La rencontre improbable de deux êtres en perdition.

Mon avis :

Après avoir découvert Jojo Moyes avec Avant toi, que j'avais bien apprécié, je comptais bien continuer avec ses autres livres. Comme j'ai eu l'occasion de récupérer celui-ci, il a donc été ma seconde lecture de l'auteure. Là encore, j'ai passé un bon moment.
Sans être transcendée, j'ai beaucoup aimé suivre Jess, ses enfants, Ed et le gros chien dans leur pérégrination à travers le Royaume-Uni. Le but ? Une olympiade de maths qui pourrait bien changer leur vie, au moins celle de la fille de la famille, avec une grosse somme d'argent à la clé. 
Les petites et les grandes évolutions des personnages m'ont plu et je voulais savoir comment les choses allaient tourner, même s'il n'y a pas d'énormes surprises. L'attachement aux personnages et à leurs caractères m'a remplie d'empathie pour eux tous. J'ai eu mes petits moments d'émotion aussi, notamment grâce à Norman.
C'est un livre que j'ai lu très rapidement, malgré mes heures au bureau. Je compte continuer à prendre connaissance des oeuvres de Jojo Moyes, avec ses personnages qui me plaisent toujours beaucoup et des histoires que je prends plaisir à découvrir. 

mardi 28 juillet 2015

Déménagement chronophage


Bonjour à tous !

Voici une bonne nouvelle : j'ai enfin déménagé. Et, gagnant 10 m² dans la bataille, j'ai récupéré mes bibliothèques !! C'est fou comme ça fait plaisir et comme je me sens bien d'être entourée ainsi de mes livres. Même si on ne les vois pas tous parce qu'ils sont sur deux "rangées" quasiment à chaque fois, on sait qu'ils sont là ! 
Je n'ai pas encore fait beaucoup de photos, mais je compléterai cet article dès que j'en aurais davantage. D'autres seront sur la page facebook ou sur Instagram. 


dimanche 12 juillet 2015

Nuit noire, étoiles mortes - Stephen KING







Nuit noire, étoiles mortes
Stephen King
Edition Le livre de poche
624 pages





Présentation :

1922
Un fermier du Nebraska assassine sa femme avec la complicité de leur fils pour l'empêcher de vendre sa propriété à un éleveur de porcs.
Le début d'une véritable descente aux enfers dans un univers de violence et de paranoïa.

Grand Chauffeur
Un auteur de polar se fait violer sauvagement au bord d'une route. Rendue à moitié folle par l'agression, elle décide de se venger elle-même de l'homme et de son effrayante complice... 

Extension Claire
Un homme atteint d'un cancer, fait un pacte faustien avec un inconnu : en échange d'un peu de vie, il vend un ami d'enfance dont il a toujours été jaloux pour souffrir (ô combien !) à sa place...

Bon Ménage
Une femme découvre par hasard qu'elle vit depuis plus de vingt ans aux côtés d'un tueur en série. Que va-t-il se passer maintenant qu'il sait qu'elle sait...

Mon avis :

Dans 1922, on plonge en pleine campagne américaine du début du siècle. Et l'isolement donne l'occasion à un homme de se débarrasser de sa femme suite à un désaccord en partie financier. Il va avoir un coup de main de son fils. Mais la culpabilité fait parfois surface de bien des manières.
Dans Grand chauffeur, une femme qui se fait violer va vouloir se venger, mais est-ce bien elle qui souhaite agir ainsi ?
Extension claire : quand on est proche de la fin de sa vie et que quelqu'un propose de changer cette échéance, il y a des chances pour qu'on y réfléchisse rapidement. Mais là encore, ce n'est pas sans contreparties.
Enfin, Bon ménage nous montre que la vie à deux réserve parfois bien des surprises. Pas toujours bonnes.

Toutes ces nouvelles parlent de la culpabilité de choix pas toujours très nets, pas toujours simples non plus. Elles abordent les conséquences multiples de ces choix, sur la psychologie des personnes concernées, sur la vie des autres, sur le cours des événements.
J'ai vraiment beaucoup aimé ce recueil, alors même que les nouvelles, ce n'est pas souvent mon truc (même avec Stephen King que j'adore). Je vous recommande chaudement cette lecture, même si les sujets, vous l'avez vu, sont durs. Un nouveau King qui m'a convaincue !

mercredi 1 juillet 2015

Avant Pandemia, Le grand voyage & Pandemia - Franck Thilliez

                  Avant Pandemia : Le grand voyage                Pandemia
Franck Thilliez
Editions : 1221 (numérique) et Fleuve Noir
Année : mai-juin 2015
Nombre de pages : environ 50 + 644

Présentations :

Avant Pandemia, Le grand voyage :
La croisière de douze jours s'annonce idyllique et les vacances de rêve.
Gilda et son fils sont émerveillés par la visite du paquebot sur lequel ils viennent d'embarquer. Ils partagent leur modeste cabine avec deux autres personnes, à l'entrepont du bateau. Le départ est à peine perturbé par un incident étrange : la porte des toilettes, près de leur cabine, est bloquée de l'intérieur. Lorsque le personnel navigant parvient à l'ouvrir, s'en échappe un oiseau affolé.
Mais quand le paquebot s'arrête en pleine nuit, que les portes étanches se ferment et que le personnel se refuse à toute explication, l'inquiétude laisse progressivement place à la panique... Que se passe-t-il exactement ?

Pandemia :
"L'homme, tel que nous le connaissons, est le pire virus de la planète. Il se reproduit, détruit, épuise ses propres réserves, sans aucun respect, sans stratégie de survie. Sans nous, cette planète court à la catastrophe. Il faut des hommes purs, sélectionnés parmi les meilleurs, et il faut éliminer le reste. Les microbes sont la solution." Après Angor, une nouvelle aventure pour l'équipe de Franck Sharko et Lucie Henebelle, renforcée en coulisses par la jeune et courageuse Camille. Et l'enjeu est de taille : la préservation de l'espèce humaine.

Mon avis :

J'étais genre mais tellement heureuse de ne pas avoir à attendre octobre pour le nouveau Thilliez ! Parce que maintenant que je les ai tous lus, chaque année c'est la même chose : il faut attendre le suivant, qui est dévoré en deux jours, puis attendre de nouveau le suivant... Dur dur je vous dis ! Et là, oh joie, du nouveau en juin, avec un bel avant goût avec la nouvelle en préquelle qui donnait déjà bien envie !
Tout commence sur un paquebot de croisière. Comme expliqué dans la présentation, tout s'annonce idyllique, jusqu'à ce que l'ambiance tourne à cause de petits éléments consécutifs qui tiquent peu à peu les passagers. De l'inquiétude à la panique, on découvre qu'un grand danger menace le monde.
Grand danger qu'on retrouve dans Pandemia. Tandis que des morts étranges touchent le monde animal, Sharko, Lucie et leurs équipes sont face eux aussi à leur lots de cadavres mystérieux. Peu à peu, les fils se raccordent, comme toujours, toujours avec un grand talent, du suspense, des retournements, et une documentation qui ne cessera jamais de me laisser admirative. 
Toujours aussi beaucoup d'attachement pour les personnels du 36, même s'ils sont encore malmenés dans cette ambiance d'horreur. Les autres personnages ont aussi des personnalités qui m'ont plu, titillé du moins, mêlant mes doutes, mes espoirs, mes interrogations. Quel plaisir !
Enfin, le sujet, déjà abordé dans d'autres romans, l'est ici de manière à ce qu'il ne ressemble pas à un autre de ceux-là. C'est un sujet qui fait peur, bien choisi pour l'occasion, qui nous touche et qu'on n'espère ne pas connaître de trop près, bien que ces dernières années nous fassent craindre le contraire. 
Bref, encore une belle réussite, qui me conforte dans mon chouchoutage de l'auteur !!